Patrimoine.PNG

"Moment de nature"

CE MOIS CI : Un rapace diurne

Balbuzard, l’aigle pêcheur de la Vilaine
 

Un aigle à Camoël ? Avec une envergure de 1,50 m, son plumage très contrasté, tête blanche barrée par des « lunettes » sombres, ce grand oiseau passe prendre un casse-croûte dans l’estuaire, de mi -août à mi-octobre, sur la route qui le conduit de ses aires de reproduction, souvent en Ecosse, jusqu’à l’Afrique subtropicale. 47% des observations bretonnes sont faites dans le Morbihan                                                            

Strictement piscivore, le balbuzard capture les mulets qui montent avec la marée, après un plongeon vertical, serres en avant. Il peut saisir des poissons de 1 kilo. Il va ensuite se poser sur un piquet ou un arbre mort pour le déguster.

Balbuzard4.png
balbuzard3.png

La pose d’émetteurs satellite montre qu’il peut couvrir en 45 jours les 6700 km de migration avec des recordsde  150 km/jour et quelques étapes.


Jadis considéré comme nuisible et disparu de l’hexagone dans les années 1960, le balbuzard est strictement protégé par la loi depuis 1964 et sa population se reconstitue. Il peut vivre jusqu’à 20 à 25 ans.

Le lézard des murailles, très commun, comme tous les lézards, il peut abandonner sa queue en cas d’attaque. Le Lézard des murailles est ovipare. Sa langue lui sert à "sentir" les odeurs par la bouche. Son principal ennemi : le chat domestique !

lézard3.png

Pour l’apercevoir, observer l’estuaire de la Vilaine à marée montante, plutôt le matin ou le soir. Ne pas confondre avecla buse variable, qui a les ailes rondes, qui est sédentaire et se nourrit de mulots.

Rubrique mensuelle proposée  par le conseil des sages de la mairie de Camoël Rédacteur : Yves désaunay