"Moment de nature"

CE MOIS CI :

Un œil sur les reptiles

Trois groupes de reptiles dans notre région. Toutes les espèces sont protégées par la loi (arrêté ministériel du 11 février 2021). Ne régulant pas leur température, toutes sont obligées d’hiberner.

  1. Les lézards ont des paupières mobiles, les iris ronds et peuvent fermer les yeux.

  2. Les couleuvres n’ont pas de paupières, l’iris rond (comme le « o » de couleuvre) et la tête globuleuse.

  3. Les vipères n’ont pas de paupières, l’iris vertical (comme le « i » de vipère) et la tête triangulaire.

 

Quelques espèces que l’on peut découvrir à Camoël :

tete vipère.jpg
tetecouleuvre2.jpg.png
lézard.jpg

Le lézard des murailles, très commun, comme tous les lézards, il peut abandonner sa queue en cas d’attaque. Le Lézard des murailles est ovipare. Sa langue lui sert à "sentir" les odeurs par la bouche. Son principal ennemi : le chat domestique !

lézard3.png

L’orvet est un lézard sans patte, qui s’abrite sous les abris humides. Il peut mesurer 30 à 50 cm et vivre 30 ans. Se nourrissant surtout de limaces et d’escargots, il apporte son aide au jardinier.

orvet.jpg
orvet3.png
lézard vert.jpg

Le lézard vert, de 20 à 40 cm, montre une robe bleu turquoise magnifique en tenue de noces. Il apprécie les petits bois et les haies. Il ne mord que si on le capture, ce qui est très difficile.

couleuvre.jpg

La couleuvre à collier mesure de 65 à 140 cm, les femelles étant plus grosses. Elle passe ses 25 ans près des zones humides, ruisseaux et mares. Non venimeuse, elle se nourrit surtout de batraciens qu’elle chasse dans l’eau où elle peut rester 30 minutes en apnée. Elle dépose ses œufs, parfois nombreux, dans les endroits chauds et humides comme les tas de compost. Malheureusement souvent écrasée sur la route.

tete couleuvre4.PNG

La vipère péliade, longue de 55 à 80 cm, chasse à l’affût les micromammifères qu’elle paralyse avec ses crochets venimeux mobiles. Elle affectionne les haies ensoleillées.

vipere.jpg
tetevipère2.png

Couleuvres et vipères, que l'on confond fréquemment, n'ont généralement pas bonne presse. On les élimine à tort alors qu'elles font partie des auxiliaires qui ont leur place et leur utilité dans notre environnement. Elles se nourrissent majoritairement de petits mammifères (mulots, campagnols, musaraignes...) dont elles régulent les populations ce qui est très utile.

Rubrique mensuelle proposée  par le conseil des sages de la mairie de Camoël

Rédacteur : Yves désaunay